3 Étapes judicieuses pour diminuer vos symptômes gastro-intestinaux


Étape 1. Connaître ses propres symptômes


Maux de ventre, ballonnement, constipation, diarrhée? Un ou tous ces symptômes vous indisposent? Avant d’aller sur internet trouver que vous avez 4 cancers, de sauter sur le premier probiotique de la tablette à votre pharmacie, sur une diète sans gluten ou sur la purge miracle affichée dans un magasin de produits naturels, avez-vous pensé que votre nutritionniste pourrait vous simplifier le tout et vous aider à trouver l’approche la plus appropriée pour vous?

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est considéré comme une maladie chronique dont les symptômes peuvent varier avec le temps et même se dissiper avec la bonne approche nutritionnelle. Chose certaine, plus vous agirez à titre préventif, moins vous risquez de souffrir d’inconforts gastro-intestinaux.

Étape 2. Comprendre les causes et les facteurs impliqués


La cause exacte du SII n’est pas encore claire à ce jour, possiblement parce que plusieurs facteurs sont impliqués. Les hypothèses appuyées par la littérature scientifique sont présentées dans la figure suivante.

Le microbiote semble jouer un rôle majeur dans l’étiologie du SII. La diversité de nos bactéries et de nos levures se forme principalement de la naissance à l’âge de 5 ans. Certains facteurs sont reconnus pour favoriser un microbiote optimal pendant cette période : naissance par voie vaginale, allaitement, saine alimentation, exposition aux microorganismes ambiants (animaux, terre, plantes), etc. Par la suite, notre microbiote peut être davantage modifié et altéré par différents aléas de la vie : infections (gastro-entérite), médication (antibiotiques), perte de saines habitudes alimentaires, stress, vieillissement, etc. Il est donc pertinent d’acquérir le plus tôt possible de saines habitudes qui favoriseront son intégrité afin de contrecarrer ces aléas. La figure suivante vous présente quelques-uns des avantages que prodigue notre microbiote pour nous.


Étape 3. Commencer avec la base


Plusieurs approches sont possibles afin de diminuer les symptômes du SII. Tout dépendant de la gravité de ces derniers, votre nutritionniste vous conseillera sur ce qui est plus pertinent en premier. Par exemple, si vos symptômes sont légers et ne nuisent pas à votre travail et votre quotidien, il serait judicieux de débuter par la stimulation du microbiote en planifiant une saine alimentation personnalisée, certains probiotiques spécifiques, des aliments fermentés et la médication pour soulager les symptômes temporairement. La diminution des aliments irritants pourrait également aider (caféine, épices piquantes, repas volumineux ou très riches en gras, etc). Si au contraire vos symptômes sont plus intenses et vous empêchent d’être à l’aise au travail et dans vos activités sociales, on abordera alors des approches plus radicales comme les diètes d’exclusion (ex : FODMAP) et l’identification des aliments provoquant plus de symptômes. Cependant, il faut comprendre que ces dernières risquent de nuire à votre microbiote à long terme en diminuant la diversité alimentaire et donc la nourriture de vos bonnes bactéries. Ces approches devraient être utilisées comme dernier recours et de manière transitoire. Prévoyez donc une réintroduction graduelle d’une variété d’aliments, et ce progressivement, selon une planification structurée.

Il existe également d’autres approches que la nutrition à considérer. Comme le stress est un des facteurs pouvant affecter les symptômes gastro-intestinaux, il est tout aussi pertinent de penser à des techniques de gestion du stress, que ce soit par la consultation d’un psychologue/psychothérapeute/conseiller, par le yoga, par la méditation ou par le sport. Commencez avec ce qui vous inspire le plus.

Et vous, que ferez-vous en premier pour aider votre microbiote et diminuer vos symptômes gastro-intestinaux? Méditation, guide alimentaire canadien, yoga, aliments fermentés, gestion du stress par le sport?

Catherine Goulet DtP MSc

Nutritionniste du Sport

nutritioncg@gmail.com

Suivez ma page Facebook!

Références:

  • https://www.monashfodmap.com/ibs-central/what-is-ibs/ (consulté le 1 fév 2020)

  • Drossman DA, Hasler WL. Rome IV-Functional GI Disorders: Disorders of gut-brain interaction. Gastroenterology. 2016 May;150(6):1257-61. doi: 10.1053/j.gastro.2016.03.035. Citation available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27147121

  • Ohman L, Tornblom H, Simren M. Crosstalk at the mucosal border: importance of the gut microenvironment in IBS. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2015 Jan;12(1):36-49. doi: 10.1038/nrgastro.2014.200. Epub 2014 Dec 2. Abstract available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25446728

  • DuPont AW, Jiang ZD, Harold SA, Snyder N, Galler GW, Garcia-Torres F, et al. Motility Abnormalities in Irritable Bowel Syndrome. Digestion. 2014;89(2):119-23.

  • Mantides A. Gut motility and visceral perception in IBS patients. Annals of Gastroenterology. 2002.

  • Chey WD, Kurlander J, Eswaran S. Irritable bowel syndrome: A clinical review. JAMA. 2015;313(9):949-58.

  • Simren M, Tornblom H, Palsson OS, van Tilburg MAL, Van Oudenhove L, Tack J, et al. Visceral hypersensitivity is associated with GI symptom severity in functional GI disorders: consistent findings from five different patient cohorts. Gut. 2018;67(2):255-62.

  • Petersen C, Round J. Defining dysbiosis and its influence on host immunity and disease. Cellular Microbiology 2014, 16(7): 1024-1033. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4143175/pdf/cmi0016-1024.pdf

  • Rapin JR, Wiernsperger N. Possible links between intestinal permeablity and food processing: a potential therapeutic niche for glutamine. Clinics. 2010;65(6):635-43.

  • Neal KR, Hebden J, Spiller R. Prevalence of gastrointestinal symptoms six months after bacterial gastroenteritis and risk factors for development of the irritable bowel syndrome: postal survey of patients. British Medical Journal. 1997; vol. 314: pages 779.

#santé #troublesdigestifs #inconforts

© 2016 par Catherine Goulet DtP MSc